Turquie: les visites

Turquie: les visites

10 avril 2019 0 Par Lud et Fab

Toujours en mode rattrapage de cet hiver, voici ce qui s’est passé en janvier-février!

Nous quittons Ali et sa ferme pour Avsallar, où nous louons un appartement pour quelques semaines. Nous effectuons la première partie du trajet à pied, puis tentons le stop. Lors d’un arrêt pour prendre un thé au bord de la route avec notre chauffeur, nous apercevons un cyclovoyageur. En regardant mieux, il s’avère que son vélo est … en bambou!!!Nous connectons tout de suite et lui proposons de passer à Avsallar quand il y arrivera. Ricardo est en effet très courageux et continue à rouler malgré l’hiver turc et sa pluviométrie exceptionnellement haute cette année. Après toutes ces nuits où nous avons été accueillis chez l’habitant dans divers pays, nous sommes enchantés de pouvoir rendre la pareille à un collègue! Voilà son site: http://thebambootrip.com/

Une autre visite nous fait très plaisir: Pauline, une amie de Ludmilla, passait ses vacances au sud de la Turquie et nous visitons Alanya en sa compagnie.

Après cette pause à Avsallar, il est encore trop tôt pour reprendre le vélo. Nous partons en direction d’Istanbul pour retrouver Yann qui voyagera avec nous quelques temps. En chemin, nous faisons une escale à Antalya chez un couple de couchsurfeurs très sympathiques recommandés par Ricardo: Hakan et Nilufer. Antalya est une splendide ville entre mer et montagne, et nous avons même la chance d’être invités à l’opéra, Hakan étant chef d’orchestre. Le deuxième jour, nous visitons le site de Phaselis, une cité antique au bord de la mer. C’était un port très important pour le commerce avant la création d’Antalya, à l’époque où le transport par bateau était prépondérant. Nous retrouvons le classique amphithéâtre, deux hammams, une allée et un viaduc.

Après ce voyage hors du temps, nous prenons un bus de nuit pour Istanbul où nous sommes accueillis par les sœurs de Necla, une amie de Ludmilla. Le petit-déjeuner turc est royal!!! Patates frites, petites saucisses, assiette de crudités, yaourt, olives, et menemen (sorte d’omelette avec tomate et poivron, un délice!). Nous entamons également la procédure pour les visas iraniens.

Istanbul étant coupée par le Bosphore, le moyen le plus simple de traverser reste le bateau. Nous adorons ce moyen de transport d’autant plus que cela fait écho au grand port antique de Phaselis. Le premier jour, nous voyons même des dauphins! Nous apprenons plus tard que c’est un évènement plutôt rare. Nous nous sentons très chanceux!

Ensuite, nous allons chercher Yann à l’aéroport et visitons Istanbul en attendant nos visas qui tardent un peu. Fabien tente d’améliorer son image de brave garçon en allant chez le coiffeur, mais nous devons refaire trois fois les démarches en ligne avant de déposer nos passeports à l’ambassade … et encore attendre cinq jours ! Hormis les horaires d’ouverture un peu réduits (de 14h à 15h), tout se passe bien.

Comme nos visa prennent plus de temps que prévu, nous allons chez Firat, le copain d’une amie de Ludmilla. Avec sa maman, il nous accueillent à la turque en nous cuisinant de super repas tous les jours. Nous apprenons mêmes à faire le börek (prononcez beurèk). Firat nous fait découvrir plus d’un endroits où manger des mets turcs succulents: un des meilleurs kebab d’Istanbul, des baklavas à tomber, des desserts chauds très indiqués pour l’hiver: künefe et katmer. Nous profitons d’être à Istanbul pour revoir Enes, un étudiant rencontré sur le ferry pour la Grèce deux ans plus tôt.


Visas en poches, nous quittons Istanbul un peu tristes mais le cœur plein des belles rencontres et le palais encore subjugué par les délices de cette ville que nous avons adorée.

Un bus de nuit nous amène à Bodrum, un endroit que plusieurs personnes nous ont recommandé. Notre hôtel s’appelle « Le Chance » Hôtel & SPA. Les photos de Booking nous avaient fait rêver! En arrivant, nous constatons que la chambre n’a pas été nettoyée et qu’un compteur électrique à l’intérieur de la chambre fait un bruit persistant et vite énervant. Le staff, totalement incompétent mais très sympathique, nous propose finalement une autre chambre légèrement plus propre, plus lumineuse et surtout silencieuse. Plus le temps passe et plus nous rions du délabrement et des réponses parfois étonnantes du staff. A chaque question posée, on nous dit que la personne responsable viendra demain, mais rien ne bouge. La douche coule et inonde petit-à-petit la salle de bain mais personne ne semble s’en soucier. Ils n’ont pas payé leur facture internet et prétendent que la coupure du wifi est due au chantier d’à côté. Quand nous demandons des couvertures plus chaudes car il fait encore assez froid, on nous amène des linges!!! Quand nous demandons où est l’accès au hammam, on nous répond que celui de l’hôtel est fermé mais qu’il y en a en ville. Enfin, on nous supplie de mettre un gentil commentaire sur Booking. Bref, c’est pas la chance!