Le beau Danube vert

Le beau Danube vert

30 septembre 2018 2 Par Lud et Fab

Pour vous mettre dans l’ambiance, nous vous conseillons d’écouter cette version du beau Danube bleu https://www.youtube.com/watch?v=KdM7brcpyeQ

Le beau Danube …

Revenons quelque peu en arrière avant d’en arriver là.

Après une nuit au coin du feu dans un abri de forêt, nous descendons sur Tuttlingen. C’est une sacrée descente, il faut s’arrêter pour laisser refroidir les freins, sollicités quelque peu par les 240 kg sur une pente à plus de 15%. Devenant experts en choix d’endroits de pause, nous en profitons pour admirer la vue, distinguant les toits de Tuttlingen.

Arrivés en bas, nous nous rendons compte que le compteur est mal calibré et utilisons la distance entre les deux panneaux – longue de 3 km- comme étalon. Après cela, nos 50 km par jour deviennent beaucoup plus accessibles!

Bex – Référence universelle

Tuttlingen marque le début du Danube pour nous, il n’est encore qu’une petite rivière.

En cherchant un endroit pour camper ce soir-là, nous arrivons vers une piscine en plein air contenant une eau de la même couleur que le Danube.

Finalement, nous poursuivons notre chemin, espérant dénicher la perle rare, car même si la piscine est attrayante, nous rêvons de bains thermaux bien chauds. Gardant espoir et malgré la fatigue, nous nous remettons en selle, et en arrivant à Beuron, d’impressionnantes constructions.

La nuit arrivant rapidement, et avec elle un froid saisissant, nous finissons par demander l’autorisation de planter la tente à côté d’une dépendance de l’Abbaye de Beuron.

Nous commencons à nous sentir dans le bain, nous sentons nos jambes se renforcer chaque jour un peu plus, et descendons gentiment la partie allemande du Danube.

Nous faisons quelques chouettes rencontres avec d’autres cyclistes, et enfin la conversation peut aborder autre chose que « ja, aus Bambu » « ja selbstgebaut » « ja, es ist schwer, kein Motor ». Et enfin une photo décente avec nous deux!

Un personnage que nous croisons à de nombreuses reprises, c’est Klaus, un Allemand à la retraite, qui roule depuis 9 semaines sur un vélo qui grince, un porte-bagage défoncé. Comme quoi, on peut voyager avec très peu.

Soudain, au détour d’un chemin, près d’une de ces fameuses STEP que nous avons la chance de pouvoir admirer chaque jour, un troupeau de moutons barre notre route.

ANNONCE DE DISPARITION

Perdu petit monstre rouge et vert devant les bains thermaux d’Ulm. Voici les photos les plus récentes. Récompense pour toutes informations utiles.