Une semaine et déjà le point le plus haut¡

Une semaine et déjà le point le plus haut¡

19 septembre 2018 4 Par Lud et Fab

De l’euro vélo 6, hein, faut pas déconner!!! On a pas encore fini de pousser le vélo!

Après 2 jours de ressourcement près d’une plage, nous sommes motivés à pister les emplacements de bivouac pourvus d’une plage, le Rhin est une baignoire très efficace, quoiqu’un peu froide pour Fabien. Utilisant la pointe de la technologie affichant les plages du coin, nous débarquons à la première plage de la journée.

THE FAMOUS BEACH

Nous la recommendons pour un enveloppement de boue, mais nous préférons poursuivre nos recherches. Chemin faisant, nous passons dans les ruines d’un château, où il y aurait même un endroit pour poser la tente pour un sommeil de reine qui en ferait rêver plus d’une.

Alors que nous étions sur le point de faire une sieste, les propriétaires des lieux arrivent et décident de mettre de la musique. Comme d’habitude, la qualité du son est corrélée à celle de leurs goûts musicaux, et là c’est la crème de la crème. Nous replions et filons.

Et hop, une petite photo en roulant!

Sur les conseils d’une autochtone, nous descendons le premier chemin à droite après le coin grillade, et arrivons à ceci:

Il en faut plus pour nous décourager, et après un repérage dévoilant un petit coin de paradis, nous rassemblons nos dernières forces et talents d’équilibriste pour y accéder avec le vélo.

Ce jour-là, nous parvenons aux chutes du Rhin, après un petit détour par un escalier pentu et étroit de moins d’1 km mais qui nous a pris plus d’une heure. Impossible de faire demi tour une fois engagé, il a fallu décharger l’intégralité des saccoches, puis porter notre tout petit vélo marche par marche… Un pur moment de bonheur. Bref, c’était les chutes du Rhin.

Nous arrivons ce soir-là à notre dernier bivouac le long du Rhin, toujours dans la série des plus beaux bivouacs du Rhin selon Lud et Fab.

Au matin, changement d’ambiance, l’automne est là, plus trop de doutes.

Nous plions le camp dans le froid, passons un quart d’heure à essuyer la tente aussi dégoulinante dedans que dehors, ayant pour seul carburant un pain de chez Aldi. Nous sommes frigorifiés mais l’espoir de trouver un pain décent nous fait avancer dans ce temps de loups.

Nos voeux ont été exaucés

Plus tard, le soleil refait surface, et nous faisons nos derniers téléphones profitant de la frontière proche. Au revoir la Suisse, le Rhin et le lac, bonjour la montagne.

Après une journée de montée, nous parvenons enfin au point culminant de l’Euro vélo 6. Pour des Suisses cela ne parait pas si haut, mais hisser le vélo là-haut nous a bien fait transpirer.

Une belle photo pour marquer le coup.

PS: Ne perdez pas trop au jeu.